Les perles, filles de la lune…

Une raie...non pas, aigle, mais pastenague!

Une raie…non pas, aigle, mais pastenague!

 

Il y a bien longtemps qu’on ne pêche plus les huîtres perlières en Mer Rouge…au moins depuis l’invention des perles de culture par les Japonais après la seconde guerre mondiale. Pourtant…je revois à Port-Soudan, à deux pas du marché aux poissons aux relents pestilentiels, cette vieille barque pontée et multicolore chargée de trocas (ces gros coquillages qui, au début du vingt et unième siècle encore, seront transformés en boutons de nacre) ; je revois ce gamin sauter du bateau, courir vers moi un foulard rouge à la main, l’ouvrir comme une corolle pour y dévoiler une perle en son milieu, puis l’enfant de lâcher, en anglais, mi-hilare mi-sérieux : « perle, perle, fille de la lune et de l’eau du ciel ! »

Les vieux pêcheurs de perles de Monfreid disaient qu’il fallait regarder les perles sur un drap noir, au clair de lune, quand le mois est à son quinzième jour, pour y découvrir les abîmes bleus de la mer. Ils savaient, comme les négociants hindous, que les perles doivent être gardées dans l’eau de pluie car celle-ci les purifie. Ils rajoutaient même : « Pour pêcher les perles, n’oublie pas, va toujours dans les endroits où il y a eu des pluies abondantes au temps de la pleine lune. »

C’est vrai, c’est dans les années de pluie que les perles abondent, mais – et ça n’a rien à voir avec la lune, quoique… – le phénomène serait lié à l’abondance de la raie-aigle (celle qui a un museau pointu et le dos marron tacheté de perles (!) blanches). La raie, qui affectionne les eaux limoneuses, héberge dans ses intestins un cestode adulte ; les formes larvaires du parasite pénètrent l’huître, emportant dans les profondeurs de sa chair un peu d’épithélium sécréteur de nacre, formant alors un kyste à l’origine de la perle.

Publicités
Cet article a été publié dans Mer Rouge, Parasitologie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les perles, filles de la lune…

  1. Laurent Gidon dit :

    Oui, d’accord, mais bon, voilà : une cochonnerie de parasite, même adulte, c’est tout de suite moins glam que des larmes de lune. Je vais me refaire un coup de Serval, tiens !

    J'aime

  2. gbouchon dit :

    Excellentes photos de plongee…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s