Les Maldives, dix ans après le tsunami, un exemple de résilience ?

IMG_2889

Sous l’effet du changement climatique les états insulaires sont les plus menacés. Quelles leçons tirées du tsunami de 2014 ?

Les Maldives dans l’Océan Indien ce sont 25 atolls comprenant 1169 îles sur 820 km du nord au sud. La capitale, Malé, concentre un tiers des habitants (102 000) sur 1,8 km2 (une densité trois fois supérieure à celle de Paris).

Les vagues du 26 décembre 2004 ont submergé 57% de la surface habitée, provoquant la mort de 82 personnes, l’évacuation de 25000 et la destruction d’une partie de l’approvisionnement en eau et électricité. La submersion détruisit la production de la moitié des terres cultivées et 12% de la flotte de pêche. Le tourisme qui représente le tiers des revenus du gouvernement et les trois quarts des entrées de devises étrangères fut également touché puisque 19 iles-hôtels sur 90 furent fermées.

Les réactions immédiates furent : l’évacuation vers une autre partie de l’île, une évacuation totale vers une autre île ou un éclatement de la communauté vers des îles différentes. Deux ans après la catastrophe 11 000 personnes étaient encore déplacées et 4000 à la fin 2008. Des travaux de remblaiement ont été entrepris pour agrandir certaines îles, des nouvelles maisons furent construites dans des îles d’accueil et des îles inhabitées furent colonisées. Le logement a capté un tiers des 290 millions d’€ d’investissements post-évènements et l’accès à l’eau 17% de cette somme (réservoirs d’eau, collecte d’eau de pluie, usines de dessalement).

IMG_3000

Qu’est-ce qui a permis aux Maldiviens, globalement, de bien réagir à la crise ?

La réaction rapide du gouvernement (pas certain qu’en France, par exemple, cela aurait été aussi rapide) : 85% des travaux de reconstruction étaient achevés 4 ans plus tard. La croissance économique n’a que peu souffert du tsunami. Dans le secteur de la pêche par exemple, en deux ans 75% des réparations de bateaux et 90% des remplacements de matériel de pêche avaient été assurés. A la fin 2006 presque tous les hôtels affectés avaient rouvert.

Cette réactivité, cette adaptabilité, des populations maldiviennes montre que les archipels coralliens dont on pointe régulièrement la fragilité intrinsèque face aux aléas naturels ne sont pas condamnés d’avance.

Ce qui les sauve ? L’aide extérieure d’urgence bien sûr, mais également la solidarité sociale. Vivre dans une petite communauté c’est l’assurance de connaître qui est vulnérable et qui a besoin de quoi.

Quatre îles font l’objet d’actions de renforcement de leur résilience d’ensemble (Safer Island Programme) : plantation de mangroves, modification des systèmes de drainage, restauration des coraux, surélévation des réservoirs d’eau…

Alors, les Maldives, pionnières de l’adaptation climatique ?

IMG_2896

« Des catastrophes naturelles ? » De V. Duvat et A. Magnan. Ed. Le Pommier. 2014

Publicités
Cet article, publié dans Catastrophes naturelles, Maldives, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les Maldives, dix ans après le tsunami, un exemple de résilience ?

  1. Site fort sympathique, la lecture facile. Ce site est vraiment pas mal, d’autant plus les Articles présents plutôt bons en gros, bonne continuation !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s